Bovesse, désolation après nouvelles inondations

de | 24 juillet 2016

Bovesse, désolation après nouvelles inondations. Partout des gravats, des meubles et la boue.

Bovesse désolation après nouvelles inondations

Bovesse désolation après nouvelles inondations

Quand on arrive à Bovesse, c’est la désolation. Sur les trottoirs et les accotements autrefois herbeux, il y a de la boue, de la boue, encore de la boue !

Çà et là, des tas d’objets hétéroclites : des morceaux de tapis-plains, des fauteuils tout éclaboussés de boue, des jouets, des vêtements, de la nourriture parfois,…

Tout a été sali par ce torrent de boue et d’eau qui s’est écoulé des hauteurs de la rue du Moulin, des champs d’une exploitation agricole qui, elle aussi, a tout perdu après cet orage.

J’ai vu passer des plants d’épinards, déclare Michaël, un solide gaillard qui, avec son papa, a dégagé plusieurs taques d’égouts et deux avaloirs dans la rue de la Distillerie.

L’eau est montée jusqu’à 50 cm. Elle avait une telle force quand elle s’engouffrait dans les avaloirs que j’ai pensé directement au jeune scout qui avait été aspiré dans un avaloir du côté de Huy.

Heureusement, les pompiers sont arrivés une demi-heure après pour vider les caves, tronçonner deux arbres qui s’étaient couchés sur la rue et aider la population.

Un camion et un bulldozer de la commune de La Bruyère se sont présentés dans l’heure suivante pour débarrasser les façades du bas de la rue de ce que Michaël estime à une grosse dizaine de tonnes de graviers ».

Un habitant du bas de la rue a beaucoup perdu : la cave de son immeuble, haute de 2 mètres, a été complètement inondée.

Sa voisine, Christiane, a été épargnée par les flots : sa maison a été construite en surélévation par rapport à la rue.

Nous avons peu dormi. Directement après l’orage, qui s’est terminé vers 22 h, nous sommes allés aider les voisins jusque 2 h 30.

Ensuite dodo, puis lever à 6 h pour aider d’autres voisins. Maintenant, nous soufflons un peu !

Sylvie, qui habite la maison voisine de Christiane, souligne quelques problèmes techniques

Les pompiers ont ouvert trois bornes à incendie et, semble-t-il, aucune ne fonctionnait. Les pompiers ont quitté les lieux pour aller se réapprovisionner en eau.

Plus haut dans la rue, Claude a subi d’énormes dégâts.
Pire, il a quasi frôlé la mort : le courant s’est engouffré dans sa maison avec une telle force que le fauteuil sur lequel il était assis a été propulsé sur une porte-fenêtre qui s’est brisée sous l’impact !
« J’ai tout perdu. Le plus triste, ce sont les souvenirs, les photos, les paperasses. Ce qui me fait mal, c’est ça », dit-il en montrant une immense plante verte.
« Je ne connais pas son nom, mais je l’aimais bien : elle avait trouvé sa place dans la maison.
Tout le reste, ce n’est que du matériel ! », conclut-il, les yeux brillants, avant de nous quitter : sa nièce vient lui apporter un repas chaud.

Les fortes pluies ont également eu des incidences en région dinantaise.

À Beauraing par exemple, à la limite avec le territoire de Gedinne, une septantaine de scouts flamands qui logeaient en bordure de Houille a demandé a être évacuée.

À Bièvre, environ 300 scouts ont également été évacués.
Tous ont été relogés soit dans un gîte, soit dans des salles communales.
Toujours à Beauraing, des habitations ont aussi été touchées.
L’eau et la boue ont fait d’importants dégâts. À Ciney, la foudre est tombée, provoquant des coupures de téléphone de plusieurs heures.

Enfin, à Dinant, la pluie ont rendu la descente de la Lesse impossible ce samedi.

Sources: dhnet.be

Partenaire V.I.P
LE SouHk . monmyelome.be . Une ballade littéraire mêlée à une balade photographique

bpco-info tous sur l'asthme et la bpco

.

(Visited 18 times, 1 visits today)