Tardigrades, minuscules survivants de l’extrême.

de | 16 octobre 2016

Tardigrades, minuscules survivants de l’extrême. Vide spatial, températures proches du zéro absolu, rayonnements intenses, les tardigrades résistent à tout !

tardigrades-survivants-de-lextreme

tardigrades-survivants-de-lextreme

D’où ces petits animaux tirent-ils leurs étonnantes capacités de survie ?

Qu’est-ce qui est plus résistant que les pingouins de l’Antarctique, les chameaux du désert, les vers tubicoles des abysses et les blattes, qui supportent des conditions extrêmes ?
Les tardigrades, selon la chaîne de télévision américaine Animal Planet, qui a diffusé une série d’émissions sur les créatures les plus résistantes de la Terre il y a quelques années.
À cette occasion, les tardigrades ont supplanté tous ces organismes au titre de « survivants de l’extrême ». Dressons le portrait du champion.

Les tardigrades sont de minuscules animaux translucides qui vivent un peu partout sur la planète.

Ils mesurent en moyenne un demi-millimètre (500 micromètres) de longueur. Avec un bon éclairage, on peut souvent les distinguer à l’œil nu.
On les surnomme parfois « oursons d’eau », car leur morphologie évoque une sorte de panda.

La plupart des petits invertébrés remuent dans tous les sens.

Les tardigrades, eux, se déplacent avec lenteur, escaladant posément de minuscules débris. Leur nom vient du latin tardigrada, qui signifie « marcheur lent ».
Ils possèdent huit petites pattes boudinées, situées sous leur corps et ne dépassant pas sur les côtés, d’où leur démarche nonchalante et pataude.

Certaines espèces vivent dans les eaux douces ou salées.

D’autres, dites terrestres, élisent domicile dans les endroits humides, au sein des mousses, des lichens, de l’humus des forêts, du sol.
En réalité, ces espèces ne sont que limnoterrestres, c’est-à-dire qu’elles vivent dans de minuscules poches d’eau interstitielle au sein de ces habitats.
Tous les tardigrades sont donc des animaux aquatiques.

Les tardigrades comptaient autrefois parmi les micro-organismes modèles pour l’étude du développement.

Un rôle aujourd’hui dévolu au nématode Caenorhabditis elegans (un petit ver), notamment suite aux travaux du biologiste sud-africain Sydney Brenner, prix Nobel de médecine en 1974.
Les deux animaux offrent les mêmes qualités : simplicité physiologique, cycle de reproduction rapide et schéma de développement caractéristique.
Comme le nématode C. elegans, le tardigrade peut être eutélique, ce qui signifie que le nombre de ses cellules – plus d’un millier – reste constant tout au long de sa croissance ; celle-ci s’effectue alors par grossissement et non par division des cellules.

Le corps d’un tardigrade est composé de cinq parties : une tête bien définie, et quatre segments dotés chacun d’une paire de pattes griffues, la forme des griffes variant selon les espèces.

La dernière paire de pattes est dirigée vers l’arrière, dans une configuration unique au sein du monde animal.
Les tardigrades l’utilisent pour s’accrocher et pour accomplir des mouvements lents et acrobatiques, plutôt que pour marcher.

Leur anatomie et leur physiologie sont similaires à celles d’animaux plus gros.

Ils ont un appareil et un canal digestifs complets. La bouche est suivie d’un pharynx, d’un œsophage, d’un estomac, d’un intestin et d’un cloaque.
Les muscles sont bien développés. En revanche, ils ne disposent que d’une seule gonade.

Le cerveau des tardigrades est placé dorsalement et relié à un système nerveux ventral (celui des humains, situé dans la colonne vertébrale, est dorsal).
Leur corps est empli d’un fluide en contact avec toutes les cellules, assurant une nutrition efficace et les échanges gazeux, sans recours à des appareils circulatoire et respiratoire.

Sources: pourlascience.fr

Partenaire V.I.P
LE SouHk . monmyelome.be . Une ballade littéraire mêlée à une balade photographique

bpco-info tous sur l'asthme et la bpco

BPCO-FORUM

.

(Visited 40 times, 1 visits today)

2 réflexions au sujet de « Tardigrades, minuscules survivants de l’extrême. »

  1. JD Henzi

    La laideur a ceci de supérieur à la beauté qu’elle ne disparaît pas avec le temps !

Les commentaires sont fermés.